Rechercher du contenu

Bonne année ! Fiches du Cinéma n°1901-1902 du 16 avril 2008

Tiens, c’est moi qui écris l’édito ! Voilà bien longtemps que j’avais déserté ces colonnes. Pendant de longues semaines, c’est Michael Ghennam – mieux connu sous son nom de super-héros : “le MiG” – qui a assuré l’édito et bien plus encore : un très grand merci à lui. Et tandis qu’il tenait vaillamment la barre du bimensuel, de mon côté, j’écopais sur un autre pont. Ce pont, c’était l’Annuel du Cinéma 2008 . Maintenant il est enfin sec : il est beau et brillant, et, chargé d’informations jusqu’en haut des cales, il vogue à présent vers vous.

Au rayon des nouveautés dans cette version 2008, pour dresser un bilan encore plus complet de l’année cinématographique, nous avons ajouté deux nouvelles rubriques (un éphéméride et un index de tous les films ayant fait l’objet d’un avertissement ou d’une interdiction), ainsi qu’une introduction à l’index thématique. Dans celle-ci, le journaliste Lucien Logette étudie, chiffres à l’appui, les variations de volume des différents thèmes, et ouvre quelques perspectives pour essayer de comprendre ce que ces évolutions statistiques peuvent signifier.

Par ailleurs l’état des lieux qui ouvre le livre a bénéficié cette année de quelques pages supplémentaires et d’une affiche assez luxueuse (Arnaud Desplechin, Brian De Palma, Mathieu Amalric ou Guillermo Del Toro sont quelques-uns de nos invités). Dans ces pages, nous essayons de promener un stéthoscope un peu partout sur le cinéma : là où le battement s’accélère, là où il ralentit. Il en résulte un instantané de la situation à la fois tourné vers le passé et ancré dans le présent. Ici plus que jamais, l’ouvrage assume pleinement la schizophrénie ou l’ubiquité que sous-entend son titre complet : « l’Annuel 2008 – Tous les films 2007 ». Par exemple, dans cette nouvelle édition, Arnaud Desplechin réagit à l’intervention de Pascale Ferran aux César 2007 en parlant du cinéma du milieu, tandis que Stéphane Goudet (exploitant du Méliès de Montreuil, qui a fait beaucoup parler de lui…), interrogé sur les problèmes de diffusion des films, évoque déjà le rapport du “Club des 13”, initié par la même Pascale Ferran, qui vient d’être publié ces jours-ci et fait déjà couler pas mal d’encre. Il ressort de ce balayage de thèmes très divers (des problèmes de production au renouveau du cinéma de genre, des nouvelles formes de cinéma politique à la crise de la modernité) un tableau contrasté, dans lequel on voit un cinéma en lutte, agressé par la raison économique, mais au sein duquel l’enthousiasme et la combattivité réapparaissent nettement. Enfin, de même que l’an dernier nous avions fait un vaste tour de table pour savoir comment se portait la critique de cinéma, cette année, nous vous proposons une grande enquête pour essayer de comprendre où en sont les rapports d’amour/haine entre le cinéma et la télévision.

Le calendrier très spécial des « Fiches » est ainsi fait : les années se terminent véritablement en mars, et les nouvelles démarrent pour de vrai en avril. Les premiers mois de l’année civile sont donc une sorte de no man’s land où deux temps cohabitent, où des choses se bouclent tandis que d’autres se mettent en place. Ce n’est qu’ensuite que nous trinquons au nouvel « Annuel » et que nous prenons de bonnes résolutions pour le prochain. C’est maintenant. Donc, bon « Annuel » à tous !

Nicolas Marcadé