Rechercher du contenu

Débat sur la critique de cinéma

Propos d’octobre 2007

 

Annonçant “le remarquable dossier sur la crise des exploitants” réalisé par Positif dans son numéro d’octobre (n°560), Les Inrockuptibles ajoutaient (n°620, du 16 octobre) : “dommage qu’il faille aussi se taper […] un édito où Michel Ciment réactive son obsession d’un supposé complot mafieux d’une certaine tendance de la critique”.
Dans cet édito, Michel Ciment s’appuie sur le discours de Pascale Ferran à la dernière cérémonie des Césars, qui dénonçait “l’emploi méthodique du système de financement, et en premier lieu des chaînes de télévision, à faire disparaître les films du milieu”. L’accueil pour le moins mitigé d’ Un secret de Claude Miller est l’occasion pour Michel Ciment de fustiger, cette fois, “une certaine tendance de la critique de cinéma en France dans la dévaluation de ce cinéma ambitieux mais à vocation populaire”, selon des jugements qu’il qualifie d’“arbitraires” et “artificiels”, de “préétablis” et “définitifs”.
Pointant “les complicités critiques, les réseaux plus ou moins organisés”, qui opposent désormais ”le cinéma du milieu au cinéma du Milieu“, cet édito nous pousse à remettre à la une le débat que nous avions amorcé dans l’Annuel du Cinéma 2007, avec les principaux titres de la critique de cinéma. Un débat qui reste donc ouvert…

 

LA CRITIQUE EN QUESTIONS


La critique peut-elle être un foyer de résistance contre la systématisation de la logique commerciale, contre l’uniformisation des esthétiques et des pensées ? Ou bien est-elle, elle-même, déjà trop soumise à des pressions extérieures (concurrences de la télé, d’Internet, de la presse gratuite) pour tenir sereinement sa place ? Elle qui est, à la fois, une partie du monde du cinéma et un observateur de ce même monde, qu’observe-t-elle et que vit-elle ? Pour ouvrir le débat, nous avons envoyé cinq questions à d’éminents représentants de la presse cinéma et culture [1]. À suivre, espérons-le…

Les questions :


1. Selon vous, en quoi la critique de cinéma a-t-elle évolué ces dix dernières années ?
2. Pensez-vous qu’il faille entretenir volontairement la polémique et les oppositions entre journaux, pour que la critique conserve une forme de dynamique ?
3. Face au poids grandissant de l’industrie sur la création cinématographique, la critique a-t-elle une forme de rôle politique à jouer ? Quel est son pouvoir réel ?
4. Avez-vous constaté ces dernières années une uniformisation des goûts ou/et (justement !) du cinéma lui-même ?
5. Selon vous, quels sont les cinéastes majeurs qui se sont imposés dans les dix dernières années ?

Les journalistes :


Dominique Borde, Le Figaro
Michel Ciment, Positif
Laurent Cotillon, Ciné Live
Jean-Luc Douin, Le Monde
Jean-Michel Frodon, Les Cahiers du Cinéma
Jean-Marc Lalanne, Les Inrockuptibles
Éric Libiot, L’Express
Lucien Logette, Jeune Cinéma
Pierre Murat, Télérama
Michel Rebichon, Studio
Alain Riou, Le Nouvel Observateur
Jean Roy, L’Humanité

 

Accédez aux réponses par journalistes

Accédez aux réponses par questions