Rechercher du contenu

Une histoire, une année, 24 épisodes

Le verdict est tombé avec les chiffres d’audience : plus encore que la Coupe du monde et qu’une bande de pirates en vadrouille aux Caraïbes, ce sont les séries qui ont séduit le public français cet été. Une surprise ? Pas si sûr. Certains titres (« Lost », « F.B.I. : Portés disparus ») étaient déjà des valeurs sûres. Pour les petits nouveaux l’opération séduction s’est passée à merveille. « Desperate Housewives » est un carton pour M6, « Grey’s Anatomy » trouve son public malgré une heure de diffusion tardive, tandis que Canal+ peut se réjouir du succès du sulfureux « Rome ».
Le ton était donc donné pour la rentrée : plutôt que d’aligner de gros blockbusters en prime time, les frères ennemis TF1 et M6 s’affrontent à coup de séries. La Une ressort ses valeurs sûres (« Les Experts »), mais M6 a réussi la meilleure opération avec l’achat de « Prison Break », plus gros succès de la TV US la saison dernière.

Le paysage des séries tel que l’on pouvait le concevoir en France il y a encore 10 ans a radicalement changé aux États-Unis. « X-Files » et « Friends » ne sont plus, et les grands networks se sont pris au jeu de HBO, pionnière en matière de séries originales. Le succès des « Sopranos » et de « Six Feet Under » a prouvé qu’il n’était pas nécessaire de reconduire perpétuellement le schéma des séries policières (dominées à l’époque par « NYPD Blue » et « New York District »), mais qu’innover attirait le public. Il y a six ans, les grands networks ont réagi à leur hémorragie de spectateurs avec deux séries essentielles : « 24 » et « Alias ». Celles-ci ont redéfini presque instantanément la conception des séries américaines : un épisode n’avait plus besoin de se suffire à lui-même, il était possible de revenir au rituel des feuilletons des années 50 et 60, tant le spectateur devenait vite accro.

Les conséquences sont sans commune mesure : un pseudo soap (« Desperate Housewives ») devient culte dès sa première saison, « Lost » bénéficie de moyens habituellement réservés au cinéma, et les networks s’efforcent de trouver toujours de nouveaux sujets, dans tous les genres, du western (« Deadwood ») à la science-fiction (« Firefly ») ! Les Emmy Awards (équivalents télévisuels des Oscars) deviennent un summum du « hype », et Hollywood observe avec un intérêt grandissant les auteurs à fort potentiel. Mais, bien évidemment, le système a ses faiblesses. Car si les créateurs de série peuvent s’autoriser toutes les folies (les inclassables « Nip/Tuck » et « House »), il s’agit de ne pas se rater : la première moitié de saison est toujours déterminante pour les producteurs et les télés. Il ne s’agit pas seulement d’être original, mais surtout de séduire le plus de spectateurs possibles… J.J. Abrams (créateur de « Lost » et récemment réalisateur de M:I:3 ) en a fait les frais, puisque son bébé « Alias » a brusquement été annulé au terme de la cinquième saison. Chez nous, les plannings des chaînes sont surchargés, et vous pouvez d’ores et déjà vous faire votre opinion sur « Prison Break » ou le génial « Weeds » (une jeune veuve maintient son train de vie en dealant du cannabis dans une banlieue bourgeoise), en attendant de rencontrer cet inquiétant « Docteur House » qui déteste ses patients. Bien sûr, c’est sans compter le retour des valeurs sûres et des épisodes inédits (le vétéran « Urgences »). Plus que jamais, le paysage cathodique devient un véritable casse-tête pour qui voudrait tout voir… N’en négligez pas pour autant les salles obscures : les sorties de cet automne, bien que trop nombreuses, sont relativement alléchantes et de qualité !

de Michael Ghennam

24, saison 5  : cet automne sur Canal+

Alias, saison 5  : cet automne sur M6

Deadwood  : disponible en coffret DVD

Desperate Housewives, saison 2  : actuellement sur Canal+

Docteur House  : prochainement sur TF1

Lost, saison 2  : actuellement sur TF1, et disponible en 2 coffrets DVD

Nip/Tuck, saison 3  : disponible en coffret DVD

Prison Break, saison 1  : actuellement sur M6

Rome  : disponible en coffret DVD

Weeds, saison 1  : actuellement sur Canal+