Accueil > ACTUALITÉS > SORTIES DVD

SORTIES DVD

Dernier ajout – mercredi 2 septembre 2015.

  • Sortie DVD de Le Sens de l’humour, de Marilyne Canto

    25 juillet 2014, par Cédric Lépine

    MARILYNE CANTO SE LIVRE AVEC UNE SAINE PUDEUR AVEC SON SENS DE L’HUMOUR

    À Paris, Élise, veuve depuis peu, a une relation intime avec le doux Paul. Parfois leur rapports sont houleux, Élise mettant une froide distance entre eux, malgré leur complicité et l’évident bonheur qu’ils ont à être ensemble.
    Parfois des réalisateurs s’essaient à plusieurs courts métrages avant de se lancer dans l’aventure d’un premier long. Et lorsque celui-ci arrive, il n’est pas rare qu’ils reprennent plusieurs thèmes rencontrés dans les courts, traduisant ainsi l’importance primordiale de ceux-ci pour eux.

  • Sortie DVD de Violences à Park Row, de Samuel Fuller

    22 juillet 2014, par Vincent Jourdan

    EN PREMIÈRE PAGE

    Dans une première vie, Samuel Fuller travailla dans la presse. À 12 ans, il est copy-boy, à 17, il est reporter criminel pour le New York Evening Graphic. Il passe ensuite à l’écriture en tant que scénariste et romancier avant de s’engager dans la fameuse Big Red One pendant la seconde guerre mondiale. C’est avec une caméra 16 mm qu’il participe à la libération du camp de concentration de Falkenau.

  • Sortie DVD de La Poussière du temps, de Theo Angelopoulos

    21 juillet 2014, par Édouard Sivière

    BROUILLARD DÉFINITIF

    À Cinecittà, un cinéaste termine un film consacré à ses parents Eleni et Spyros et à leur ami Jacob, des Grecs ballottés par l’Histoire à travers l’Europe puis l’Amérique, depuis l’époque du stalinisme jusqu’à celle de la chute du Mur de Berlin.
    Dernier film du cinéaste grec disparu en 2012 lors du tournage de ce qui devait constituer le troisième volet d’une trilogie entamée huit ans plus tôt avec Eleni, La Poussière du temps n’opère évidemment pas une révolution, même pour un artiste réputé pour parsemer ses œuvres de panoramiques à 360°.

  • Sortie du coffret DVD "Jean Epstein, poèmes bretons"

    14 juillet 2014, par Édouard Sivière

    L’ÎLE EPSTEIN

    Epstein : le nom claque comme la vague s’abattant contre le rocher. En 1928, il est synonyme de la meilleure avant-garde française, au même titre que celui de Gance. Notre homme Jean vient de réaliser La Glace à trois faces et La Chute de la Maison Usher. Il a à peine trente ans mais il est fourbu par six années intenses passées dans l’industrie cinématographique. C’est un séjour en Bretagne qui va le revigorer, lui faire tourner le dos aux studios, le regard dirigé vers la mer, les îles et leurs habitants. Et Epstein d’opérer l’un de ces spectaculaires virages artistiques que l’histoire du cinéma peut offrir de temps à autre...

  • Sortie DVD de L’Éventail de lady Windermere, de Otto Preminger

    14 juillet 2014, par Vincent Jourdan

    UN FILM SUR UNE FEMME VERTUEUSE

    Ce n’est pas l’image que je m’en fais, rigueur et relative froideur, mais Otto Preminger à la réflexion est peut être bien un romantique. Un romantique au feu contenu, aux élans canalisés par une mise en scène précise, aux accents sombres et parfois amers, mais un romantique quand même.

  • Sortie DVD de Du plomb dans la tête, de Walter Hill

    25 juin 2014, par Vincent Jourdan

    NOUS SOMMES TOUS ENCORE ICI

    Voir un film, c’est aussi prendre des nouvelles de gens que l’on connaît. Un regard où des visages familiers que l’on fréquente régulièrement, qui parfois déçoivent, que l’on perd de vue comme des amis véritables. « Que devient celle-ci ? ». « Que fait celui-là ? ». « Tiens, je le croyais mort ! ». excellente réplique de polar ou de western.

  • Sortie DVD de Gare du Nord, de Claire Simon

    13 mai 2014, par Roland Hélié

    GÉOGRAPHIE HUMAINE

    Tourné en amont de Gare du Nord, Géographie humaine de Claire Simon commence par faire le tour du propriétaire, sinon le couteau entre les dents comme le suggérait Paul Valéry, la caméra balayant les tours de la Gare du Nord à Paris pour se fixer, fugacement, sur l’inscription qui en rehausse les frontons : NORD.

  • Sortie DVD de Workers, de José Luis Valle

    10 mai 2014, par Cédric Lépine

    RÉVOLUTION DANS L’EXPLOITATION

    À Tijuana, après trente ans de bons et loyaux services en tant qu’employé pour une célèbre entreprise d’ampoules électriques, Rafael s’apprête à prendre sa retraite. Mais son avenir prend un autre tour suite à une entrevue avec son patron. Dans la même ville, Lidia est depuis plusieurs décennies au service d’une richissime femme qui n’a d’yeux et d’intérêt que pour son chien.
    En un montage parallèle, le film suit le destin de deux travailleurs « workers » à Tijuana, ville frontière mexicaine côtoyant le mur infâme. De frontières, il en est sans cesse question dans ce film où les classes sociales sont plus que jamais d’actualité, tant dans les rapports professionnels que dans la géographie.

  • Sortie DVD du Coffret Frank Borzage en 4 films

    9 mai 2014, par Vincent Jourdan

    QUATRE FILMS DE FRANK BORZAGE

    Il existe un document publicitaire étonnant de la Fox à la fin des années 1920 qui présente ses réalisateurs vedettes. Il y a là John Ford, Allan Dwan, Raoul Walsh, le jeune Howard Hawks, Friedrich Wilhelm Murnau et puis Frank Borzage. Voilà qui donne à réfléchir sur ce que devait être l’ambiance de travail, les échanges et les connexions souterraines au sein de cet Olympe du cinéma. Voilà quel était le creuset créatif dans lequel évoluait Frank Borzage, réalisateur un peu oublié dont chaque œuvre découverte renforce l’idée qu’il est de tout premier ordre. Borzage c’est d’abord l’ampleur d’une carrière.

  • Sortie DVD de Quand les colts fument, on l’appelle Cimetière, de Giuliano Carnimeo

    9 mai 2014, par Vincent Jourdan

    L’ÉTRANGER ET LE DUC

    Coups de fouets et chœurs masculins, sifflements et cloches sur fond de guitares déchaînées, la diligence déboule sur la piste poussiéreuse du côté d’Almeria. En fait de diligence, c’est plutôt un de ces wagons baroques comme dans l’ouverture de Giù la testa ! (Il était une fois la révolution - 1971) réalisé par Sergio Leone. Ce sont les premières images enthousiasmantes du western de Giuliano Carnimeo sous pseudonyme d’Anthony Ascott, Gli fumavano le colt... lo chiamavano Camposanto.

0 | ... | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | ... | 2330


Suivre la vie du site RSS 2.0|  Plan du site  |  Qui sommes-nous ?  |  Revue de presse  |  Nos partenaires  |  Nous contacter  |  Annuaire professionnel  |  Mentions légales  |  SPIP