Accueil > CHRONIQUE(S) > L’AVIS ANIMÉ DE FRANCIS GAVELLE > Lettre sur le cinéma pour enfants

[Droit de réponse]

Lettre sur le cinéma pour enfants

vendredi 19 juillet 2013, par La Rédaction

Suite à la publication de son compte-rendu du dernier festival d’Annecy, Francis Gavelle a reçu diverses réactions, dont celle de Benoît Chieux, coréalisateur avec Jacques-Rémy Girerd de Tante Hilda, qui sortira début 2014. Au-delà du fait de défendre son film, Benoît Chieux met le doigt sur la question de savoir ce qu’est un film “pour enfants” et la façon dont cela peut ne pas être limitatif. Nous avons décidé de publier ce courrier, d’une part en tant que droit de réponse légitime, mais surtout en tant qu’amorce d’un dialogue, d’une réflexion qui nous semble intéressante, et que les Fiches prolongeront à la rentrée, avec la publication d’un ouvrage (Premières séances) consacré au “cinéma pour enfants”, envisagé dans l’acceptation la plus large (et donc la plus complexe) du terme...


Cher Francis Gavelle,

Je me permets de réagir à votre texte du 2 Juillet 2013 des "fiches du cinéma" 

Voici la conclusion de votre article :

Si le vent de nouveauté, revendiqué cette année par le Festival d’Annecy, doit souffler sur le monde de l’animation... il est indispensable qu’il... favorise, avec une constance qui lui a fait défaut par le passé, l’éclosion revendiquée, le financement conséquent et l’exposition assumée de films au contenu adulte. Faute de quoi, les talents matures du court métrage continueront à n’avoir, dans leur immense majorité, pour unique perspective professionnelle, que de se lancer dans des projets de longs métrages éternellement puérils. Triste contamination.

J’ai un très grand respect pour le public “enfant”, très réactif, ouvert, exigeant et souvent bien plus pertinent que le public adulte. Faire l’amalgame entre “film puéril” et “film pour enfant” c’est véhiculer l’idée totalement fausse et infondée que les films pour enfants sont par définition bêtes et immatures. Voici quelques films avec “un contenu pour enfants” qui n’ont rien de puérils :

Katia et le crocodile (Vera Smikova)
Le Petit Fugitif (Ray Ashley et Morris Engel)
La Clé (Ebrahim Forouzesh)
Tous les films de Hayao Miyazaki
Le Roi et l’oiseau (Paul Grimault)
Kié la petite peste (Isao Takahata)
etc...

À travers vos mots je crois comprendre que, dans les longs métrages d’aujourd’hui, vous regrettez l’absence de relation complexe entre les personnages, la surenchère du grotesque et des gags, une mise en scène simpliste... mais un “contenu adulte” n’a jamais été une garantie qui protège du grotesque et de la simplification.

Comme vous, je souhaite voir (plutôt faire, en ce qui me concerne) des films émouvants, beaux et exigeants mais la magie du cinéma reste mystérieuse et fragile, que le contenu soit pour adulte ou pas n’y changera rien. Comme dirait l’autre : la poésie ne se couche jamais dans le berceau qu’on lui a préparé.
Je crois tout simplement qu’il faudra du temps et plusieurs films avant que les réalisateurs puissent jouer habilement avec la narration, le format et la fabrication, particulièrement difficile à maîtriser sur un long-métrage. Sans parler de la maîtrise du dessin qui demande un temps infini.

En ce qui concerne Tante Hilda, Ma maman est en Amérique, Aya de Yopougon, vous dites qu’ils font partie de la “masse de récits pop-corn, négligemment consommables”. Les thèmes abordés dans ces trois films sont très loin des schémas narratifs “Disneyens” et témoignent de la (lente) maturation du long métrage d’animation que vous semblez attendre avec impatience.
Vous n’avez pas un mot sur le graphisme de ces trois films, il est pourtant notable que le dessin est en première ligne. Pourquoi les longs métrages Français résistent-ils à l’hégémonie graphique qui règne sur la planète ? Deux de ces films sont des adaptations de BD, n’est-ce pas là la naissance d’un courant nouveau ?

Cordialement,

Benoît Chieux,
Co-réalisateur de Tante Hilda




Suivre la vie du site RSS 2.0|  Plan du site  |  Qui sommes-nous ?  |  Revue de presse  |  Nos partenaires  |  Nous contacter  |  Annuaire professionnel  |  Mentions légales  |  SPIP