Search for content, post, videos

Kassowitz doesn’t give a shit

On m’avait prévenue : Kassovitz, c’est pas un mec facile, il a un sale caractère et il vaut mieux être sympa si on ne veut pas se prendre une baffe. Alors, je l’ai pris par les sentiments et je lui ai demandé « tiens, ça fait quoi de retrouver Trintignant, 21 ans après Un héros très discret de Audiard ? » Et là, tout de suite, après 20 minutes d’entretien cadencées par les « fuck », « shit » et autres « j’m’en bas les couilles », son regard s’est adouci, il m’a fait un grand sourire et il m’a raconté cette anecdote…

« C’était tellement bien ! [Longue pause, on entend une mouche voler] Jean-Louis m’a donné le meilleur conseil de ma carrière. C’était sur le tournage de Regarde les hommes tomber en 1993. Il pleuvait, c’était difficile pour l’équipe de s’installer. Nous, on attendait depuis deux heures dans nos caravanes. Et puis on nous a installés, tous les deux, et la scène c’était juste nous et ne rien faire. Et parce que je sais comme c’est compliqué pour l’équipe quand il fait froid, je voulais montrer aux techniciens que j’étais enthousiaste. Alors je faisais des trucs, je reniflais, je levais les yeux au ciel, je jouais quoi ! Après la troisième prise, Jean-Louis s’est tourné vers moi et m’a dit « ne joue pas pour l’équipe. Si tu ne dois rien faire et bien ne fais rien ». Ce qu’il m’a dit ce jour là a changé ma manière de jouer à jamais. Car j’ai arrêté de me soucier des autres, à partir de là tout a été plus facile ! D’ailleurs tous les grands acteurs disent la même chose en interview, être un bon acteur c’est se foutre des autres, laissez les autres faire leur boulot, tu connais ton texte, tu as la tête que tu as, tu fais ton truc ! Si le réalisateur n’aime pas ? Il n’avait qu’à choisir quelqu’un d’autre ! »