Search for content, post, videos

L’homme qui rétrécit

Le Bon Plan spécial enfants

Les enfants vous expliquent trois procédés techniques permettant de donner l’impression que le personnage est plus petit que les autres.

Cette vidéo a été réalisée lors d’un atelier dans une classe de CM2, en partenariat avec Ciclic.

Introduction, par Esteban :

L’homme qui rétrécit… vu le titre, on sait déjà ce qui va se passer. Nous allons nous intéresser aux différentes manières de faire croire au spectateur que l’homme rétrécit. N’oublions pas que ce film date de 1957 et qu’à cette époque, on ne pouvait pas compter sur l’ordinateur et les images de synthèse.

 

Le collage des images, par Emilie :

Ici, Louise et Scott sont ensemble dans la même pièce. Scott fait à peu près la moitié de la taille de Louise.
Comment est-ce possible ? Il y a en fait deux images différentes. Chaque personnage a été filmé seul, dans son décor, Louise dans un décor de taille normale, Scott dans un décor agrandi. Les images ont ensuite été découpées et rassemblées pour donner l’impression que les personnages sont ensemble. Comme un puzzle ! Les images sont collées à la main, une par une. Normal que ça ne soit pas parfait ! Le collage a été un peu raté, au niveau de la pomme. Et c’est encore plus visible ici, quand Louise passe sa main devant le rideau. On aperçoit un trait noir autour de sa main : c’est l’endroit du collage. Vous suivez toujours ? Alors, regardons le passage suivant !

 

La surimpression, par Emma :

Scott, maintenant très petit, marche dans la rue. Soyez attentifs au passage de la voiture ; vous n’avez rien remarqué ? L’ombre de la voiture passe sur le couple, mais pas sur Scott. D’ailleurs, même scott n’a pas d’ombre. L’explication est simple : les passants ont été filmés dans la rue, la nuit, alors que la voiture passait, mais sans Scott. Scott a été filmé sur fond noir, en train de marcher, et les deux prises d’images ont été superposées par la suite. Cette technique s’appelle la surimpression. Evidemment, il a fallu coordonner avec précision les mouvements de Scott et la réaction des passants, surtout au moment où il les évite. Vous vous demandez peut-être quelle est la différence avec la technique de collage ? Scott n’a pas été découpé, mais mélangé à l’autre image. Lorsque le fond est très blanc, on voit légèrement à travers Scott, comme s’il était transparent. Par exemple, ici, lorsqu’il passe devant les marches. Vous n’êtes pas convaincus ? C’est encore plus clair ici dans ce passage où Scott appelle Louise du haut des escaliers. Regardez bien : on voit le tableau à travers le corps de Simon. Allez, une dernière technique !

 

La transparence, par Marine :

Dans cette scène, nous avons deux personnages très petits (Scott et Clarice) installés dans un café. Un homme entre dans le café, s’adresse à Clarice et fait signe à Scott avant de continuer son chemin. Vous ne trouvez pas que nos deux héros ont l’air plus vrais que les autres ? En fait, l’homme ainsi que les autres figurants ont été filmés avant la scène jouée par Clarice et Scott. Ensuite, les images ont été projetées sur un écran derrière les deux acteurs pendant qu’ils prenaient leur café. Voilà pourquoi le premier plan semble plus réel que le fond. Ce procédé s’appelle la transparence.
Vous voyez ? Ça en fait des techniques différentes pour arriver à rétrécir le pauvre Scott. Et on pouvait déjà faire tout ça sans les ordinateurs, c’est fou !